© 2019 Galerie NUMERO 5

GALERIE NUMERO 5                 5, rue du Palais -  13200 Arles, France

  • Facebook Clean

Enrique Peyceré ​

Exposition en cours

3 mai au 30 septembre 2019

 Dessins encre de chine, "formes qui dansent"

Gravures cui

 

Exposition précédente

23 mars au  15 avril 2018

Gravures

Oeuvres abstraites, gravures sur cuivre ou bois

Biographie

Enrique Peyceré est né à Buenos Aires en 1927. Son grand père y était venu de Gascogne à la fin du XIXe siècle. Sa vocation d’artiste est tardive, puisqu’il n’apprend la gravure qu’après plusieurs années d’études de médecine. Trois ans à Rio où il est un temps décorateur à l’Opéra, puis retour à Buenos Aires où il enseigne la gravure à l’école des Beaux-Arts. Son père avait fait naître en lui une vive affection pour la France qui demeurait le pays de ses origines et lui en avait appris l’histoire.

 

Paris exerçait en ce temps-là un fort attrait sur les milieux intellectuels et artistiques de l’Argentine. En 1959, Enrique Peyceré qui a obtenu une bourse du Fondo de las Artes arrive à Paris, qu’il connaîtra mieux que beaucoup d’entre nous. Ils sont toute une bande d’Argentins, César Fernández Moreno, Jorge Lavelli... En 1960, après un bref retour en Argentine, il s’installe définitivement à Paris, et s’y marie. Il voit avec bonheur mai 1968, en utopiste qui se sait tel. C’est la même année qu’il acquiert la nationalité française.

Enrique Peyceré a d’abord été un graveur et un dessinateur. Les premiers tirages sont monochromes, noirs, ou bruns. Au début des années 1960 apparaissent les premiers travaux très colorés, des pastels. À partir de 1968, et jusqu’en 1975, l’alliance de la gravure sur cuivre et des vives couleurs donne un premier épanouissement. Désormais, il travaillera toujours simultanément le noir et blanc et la couleur, noir et blanc des grandes gravures sur cuivre qui ouvrent le chemin d’une intériorité croissante, et des gravures sur bois, couleur des aquarelles et des toiles qui dominent, les dernières années, ses recherches d’esthétique non figurative avec, comme en contrepoint, contemplations de la nature, les dessins à l’encre noire des arbres du Ventoux.

Il meurt le 10 juin 1988.

Jacques Depauw Texte publié dans le catalogue du salon Jeune Gravure au Grand Palais, Paris, 1990
Pendant toute sa carrière il se distinguera par de nombreuses expositions :

Expositions collectives internationales

Biennales de Sao Paulo (Brésil,1952) - Mexico City – Havane -

Ljubljana (Slovénie) - Cracovie (Pologne) -Grenchen,(Suisse)

Salon de Mai (Paris, 1966) - Triennale de Chamalière (France)

Groupe « R » collectif de 7 artistes : 21 expositions (Paris, 1979-1986)

 

Expositions personnelles

Europe : Florence, Milan (Italie, 1964) -Hambourg (Allemagne,1973)

La Haye (Pays-Bas, 1975)

Aix en Provence, (1971) - Galerie Pierre Hautot, (Paris, 1976) 

Galerie Fast, (Paris, 1977) - Galerie du Roi-Doré, (Paris, 1984)

Maison de la Culture (Saint Brieuc,1985)